Bon, il reste la souche à habiller de brique, mais c'est surtout un détail esthétique. Bref, un chantier qui m'a occupé pendant presque 2 mois qui se termine. Ce n'était pas 2 mois à temps plein, heureusement, juste 1 heure ou 2 par-ci par-là mais tout de même de quoi s'occuper l'esprit.

Nous en étions resté au fait que les boisseaux s'arrêtaient juste sous la toiture et qu'il était impossible d'aller plus haut sans démonter celle-ci. C'est désormais chose faite puisque la phase 3 des travaux de toiture a commencée.
Mais revenons un peu en arrière. Puisque le mur était percé de part en part, et de haut en bas, il semblait possible d'y aménager un passage, une porte qui permettrait d’accéder à l'étage de la maison directement depuis l’extérieur sans emprunter un escalier complet mais simplement quelques marches (ici le dénivelé du terrain le permet)
Mon apprentie (Marianne, toujours elle) étant présente, nous avons donc agrandi un peu le trou dans le mur pour cette porte.
Comme ce mur devra quand même supporter la charpente mais que ce coin commence à ressembler à un vrai gruyère, j'ai préféré jouer la sécurité et construire un encadrement de porte en béton armé, formant ainsi un structure rigide qui participera à la solidité de l'ensemble. Après avoir coulé un seuil et une marche dans l’épaisseur du mur, vient le tour des montant. Rien de bien sorcier, on coffre solidement et on coule.
IMG_3034b.JPG
Même chose de l'autre côté. Ce qui donne un bon massif en béton puisque le mur fait 76cm d’épaisseur (plus de 200l de béton par montant)
IMG_3036b.JPG

Ensuite, le but du jeu consiste à reconstruire le mur dans l'espace laissé libre par l'ancien conduit de cheminé (puisque le nouveau conduit de cheminé occupe l'espace de l'ancien mur... vous suivez toujours ?) sans oublier d'isoler les boisseaux et d'inclure au passage un tuyau de PVC en 125mm pour l’évacuation de la future hotte de cuisine.
IMG_3039b.JPG
IMG_3040b.JPG

Quand Nathalie est là pour me fournir en pierre et en mortier, ça va plutôt vite. En 2 séances on est en haut des montant du passage.
IMG_3046b.JPG
Arrivé à ce niveau, il faut de nouveau avoir recours au béton armé. C'est moche et pas du tout raccord avec un mur monté en pierre, mais c'est nécessaire pour la solidité du mur. Le but est d'avoir un linteau qui se poursuit en un chainage prenant plus que toute la largeur du trou de la façade du four au rez-de-chaussé. En effet, pour l'instant toute cette masse de pierre sans réelle cohérence avec la structure, repose sur les 2 linteaux du dessous. Ils ont déjà beaucoup à porter et j'ai peur qu'au final le poids de la toiture n'ai raison de leur solidité. En effet, avec la nouvelle charpente, 50% du poids de cette partie de la toiture reposera sur ce mur pignon. Ce chainage à donc pour but de repartir de poids de chaque côté de l'ancien conduit plus la porte, et de solidariser les 2 parties du mur qui à été fendu par les conduits de fumé. Tout ceci n'est que théorique et pifomètrique mais je préfère ne pas prendre de risques.
IMG_3088b.JPG

Puisque la toiture est désormais démontée, on peut monter les derniers boisseaux et continuer de monter le mur en pierre. Finalement, il ne reste plus que le chevêtre à coffrer et à couler.
IMG_3097b.JPG
IMG_3096b.JPG
IMG_3101b.JPG