Ce n'est pas grand chose mais au final c'est un chantier qui nous a pas mal occupé ces 2 dernières semaines.
Après la mise en place des nouvelles pannes faitières il a d'abord fallu terminer de démonter le reste de la charpente. L'étape la plus délicate est la prise du niveau de référence afin que la nouvelle toiture ai exactement la même pente que l'ancienne (question de liaison avec la partie qui ne sera pas renovée) avec un débord de toit à la même hauteur. Bref, après pas mal de cogitation, prise de mesure dans tous les sens, mise en place temporaire et retrait (plusieurs fois...) d'une poutre en I, ce niveau de référence est arrêté. On peut attaquer la suite des opérations, en espérant ne pas avoir fait d'erreur !
Pour cette étape, c'est donc bête et méchant, mais long... Première chose à faire : coffrer. Facile à dire, dans la pratique il faut quand même caler une planche de part et d'autre d'un mur qui fait 55cm de large et je n'ai pas beaucoup de grand serre-joint. La mise à niveau est délicate et laborieuse, un niveau laser est une aide précieuse, surtout pour reporter le niveau de référence d'une façade à l'autre, mais le bon vieux niveau à bulle à aussi son mot à dire.
Ensuite il faut retirer une dizaine de centimètre du mur d'origine sous le niveau du coffrage afin d'avoir une épaisseur de béton suffisante. Arf, encore du béton... Ben oui, ici le but, en dehors d'assurer une certaine cohérence au haut du mur et d'avoir une surface d'appuis plane, dure et de niveau pour poser la futur charpente, c'est aussi de pouvoir fixe celle-ci. Et pour ce faire j'aime bien les chevilles mécaniques genre "Spit-fix" mais celle-ci ont un défaut, elles ne tiennent bien que dans du (bon) béton.
Décaisser un vieux mur monté à la chaux et à l'argile, ça fait beaucoup de poussière (et il ne faut pas être trop gourmand car ça se démonte tellement vite qu'on a vite fait d'en enlever trop) donc on poursuit avec un bon coup d'aspirateur pour dégager au maximum les pierres afin que le béton y adhère. Et ça, passer l'aspirateur c'est long... j'ai bien rempli 15 sacs pour tout faire.
Deux bout de fer à béton (ici du tor 8) pour assurer un semblant de chainage (ce n'est pas vraiment nécessaire ici, les murs sont sains et tiennent très bien tout seul, c'est juste une "sécurité") et on peut couler.
Ah oui ! non, avant de couler il faut assurer l’esthétique ! Hors de question de voir une bande de béton toute moche sur le haut des murs. Côté intérieur c'est pas grave puisqu'il y aura le doublage et l'isolation, mais côté extérieur c'est mieux si on ne peut voir que des pierres. Donc on remet des pierres jusqu’à raz du coffrage là où en a trop enlevé.
Ensuite on peut couler le béton. Il n'y a pas une grosse épaisseur, mais vu la largeur des murs il aura quand même fallu 800l de béton (à ce sujet, on a attaqué pour l'occasion notre troisième palette de sac de ciment depuis le début des travaux ici)

Coffrage terminé, prêt à couler.
IMG_3245b.JPG

Après décoffrage, il ne reste "plus qu'a" poser la nouvelle charpente, bientôt...
IMG_3243b.JPG