Événement important dans la vie d'une maison : le consuel. Et nous l'avons enfin.
Il était temps car EDF à entamé la procédure pour débrancher notre compteur de chantier, un technicien pourrait arriver d'un moment à l'autre pour nous couper le courant. Il faut dire qu'après plus de 4 ans de compteur provisoire on s'y attendait...

Tout à commencé en 2014 quand il est apparu qu'on aurait pas le temps de terminer les travaux à temps (2 ans plus tard c'est largement confirmé) et qu'il fallait donc prévoir un plan B pour obtenir le consuel. Il fallait pouvoir mettre en service le compteur définitif rapidement puisque le compteur de chantier ne serait pas éternel (ça aussi c'est confirmé). La solution était donc de mettre notre logement provisoire aux normes électriques actuelles et de faire une installation provisoire minimaliste à l'allure définitive dans le reste de la maison. Pour cella il fallait aussi laisser tout en l'état et ne pas trop avancer dans les travaux pour ne pas montrer le jour du contrôle qu'on avait prévu de tout casser pour tout refaire.
La réalité à rattrapé la fiction comme ont dit, puisque de toutes façons par manque de temps et par gros manque de budget, les travaux vont prendre énormément de retard.

Le consuel est généralement une grosse angoisse pour les auto-constructeurs/ auto-rénovateur et je parie que cette article sera parmi les plus consulté de ce blog. Pour nous vu que c'est la deuxième fois, et en tant qu'ancien électricien de métier, je vais vous faire partager notre expérience afin de vous rassurer sur cette démarche importante mais loin d'être insurmontable.

Je ne vais pas énumérer tous les points de la NFC15-100 qu'il faut respecter dans un logement, pour cela je vous invite à consulter le net et plus particulièrement les sites des gros fabricants de matériel électrique. Ils proposent quasiment tous un petit condensé de la norme très bien fait et plus clair que le texte original. Pour ma part je vais simplement vous montrer quelles solutions nous avons mises en œuvre et les choses auxquels il faut faire attention.

La première étape de la réalisation d'une installation électrique est purement intellectuelle. Une fois les normes à respecter bien en tête (et ouverte sur un coin du bureau) on se penche sur les plans de la maison, et pièces par pièces on dispose l'appareillage afin de respecter le nombre minimum de prise en fonction de la surface, l'emplacement de l'appareillage (je pense à la salle de bain et aux distances en fonction des volumes), les circuits spécialisés en fonction des pièces, etc...
Ensuite on regroupe ces appareillages en différents circuits à alimenter pour préparer le tableau de distribution. Le but c'est d'avoir une distribution cohérente en fonction des pièces. Il ne s’agit pas d'avoir deux prises chacune à un bout de la maison qui au final se retrouvent alimentées par le même disjoncteur. Autant que possible, on évite aussi de mettre éclairage et prises d'une même pièce sous le même interrupteur différentiel, en cas de défaut sur un circuit ça évite de se retrouver totalement dans le noir.
J'insiste sur cette démarche initiale, il ne s’agit pas de tirer tous les câbles jusqu'au tableau de distribution et de se dire "on verra ensuite". Déjà avoir trop de câbles aux tableau ça rend compliqué pour faire quelques chose de propre (j'y reviendrais plus tard) et ensuite au moment de réaliser l'installation, ça permet de répartir les circuits vers les appareils dans des boites de dérivation, donc d'économiser du câble et du temps.

Une fois cette démarche effectuée, faites un plan au propre, il sera utile pendant la réalisation des travaux pour ne rien oublier en cours de route, et il sera joint avec le formulaire de demande du consuel.
Pour nous voilà ce que ça donne (pour le logement provisoire, inutile de vous reporter aux plans du projet d’aménagement, ça ne correspondrait pas). Je vous fait grâce du cadre et du cartouche qui fait plus "pro" pour un dossier envoyé au consuel.
elecpage1.GIF
elecpage2.GIF
elecpage3.GIF
elecpage4.GIF
elecpage5.GIF

Une fois l'emplacement du tableau de distribution décidé, la première étape des travaux à consisté à tirer le câble entre le coffret du compteur et l'emplacement de la GTL (Gaine Technique Logement). Comme tout avait été bien préparé lors des travaux de viabilisation (mise en place des fourreaux, chambre de tirage, etc) ce ne fut qu'une formalité, surtout grâce à notre super dérouleur en palette de récupération et a son opératrice.
152234.jpg
Ça c'était en avril 2014.

Courant mai 2014, j'ai commencé à préparer la GTL et donc l'emplacement pour le tableau de distribution.
Pour rappel, la GTL est un espace virtuel dédié exclusivement à l’électricité. Je dis ça parce que beaucoup de monde confond la GTL et la goulotte qu'on y place habituellement pour supporter le tableau de distribution.
Et donc pour cette goulotte j'ai choisi de la réaliser moi même en OSB. Déjà parce que c'est moins cher que les goulotte en plastique vendue spécifiquement pour cet usage, parce que j'ai pu la faire de la profondeur que je voulais et donc avoir de la place, et parce que j'ai choisit un tableau de 18 modules de large et que du coup une goulotte en plastique aurait couté encore plus cher que la classique 13 modules.
La technique de construction est simple : bande d'OSB collées et visés sur des lattes en bois, le tout est fixé sur un grand panneaux d'OSB qui fait office de fond, plus facile à fixer dans un vieux mur en pierre et qui redresse celui-ci. On obtient donc quelque chose de propre et de fonctionnel.
IMG_4002b.JPG

Ensuite il faut préparer le tableau de distribution, en commençant par les liaisons de grosses sections. Pour celui-ci j'ai utilisé une distribution classique avec du fil souple de 16mm² et des embouts de câblage. Il existe maintenant ce qui s'appel des "peignes verticaux" qui permet de faire cette distribution très facilement, mais ce n'est pas le même prix et on est obligé de respecter une disposition prédéfinie qui ne me convenait pas.
144854.jpg
Reste plus qu'a le fixer sur la goulotte réalisée ci-dessus, accompagné de son tableau de communication (n'oubliez pas de faire 2 compartiments dans la goulotte, les courants forts (distribution 230V) et les courants faibles (téléphone, télé, informatique) ne doivent pas être mélangés.
IMG_4004b.JPG

Courant juin 2014 on refaisait notre cuisine, et donc l'installation électrique de cette pièce à été mise aux normes à ce moment là.
Janvier 2015 on ouvrait une porte entre la cuisine/séjour pour accéder directement au tableau de distribution depuis le logement.
Avril 2015 c'était au tour de la salle de bain d'être mise aux normes électriques. Notamment l'ajout d'un circuit spécialisé "lave linge" et d'une ligne pour un séchè serviette mural. Les spots au plafond ont été changés car ils n'avaient pas le bon indice de protection (IP). Une boite de dérivation à été ajoutée afin d'y réaliser la LES (Liaison Équipotentielle Supplémentaire) nom un peu pompeux pour dire tout simplement que c'est une boite dans laquelle il faut relier ensemble tous les conducteurs PE (Terre) de tous les circuits qui arrivent dans la salle de bain. Cette boite n'a pas pour obligation de ne contenir que la LES, vous pouvez y faire vos autres dérivations et raccordements, y compris pour d'autres pièces. Elle doit simplement être dans la salle de bain, ou dans une cloison de celle-ci dans une pièce attenante et bien-sûr hors des volumes 0,1 ou 2.
Comme toutes la plomberie est en PER, que l'huisserie de la porte est en bois et que le siphon de la douche est en plastique, pas d'autres mise à la terre n'est nécessaire. Par contre, si vous y pensez à temps, laissez un fil de terre arriver sous la douche ou la baignoire depuis la LES, car ça peut être contrôlé.
161321.jpg

Courant 2015 et début 2016 nous avons travaillé pratiquement que sur l'installation électrique des dépendances et de la buanderie (qui est une dépendance aussi me direz vous)
Avril et Mai 2016 j'ai mis les bouchées double car je voulais avoir terminé pour planifier un contrôle du consuel pendant mes congés prévu en juin, mais ça s'était sans compter sur la fourberie d'EDF qui nous à annoncé une fin du contrat du compteur de chantier pour le 3 juin 2016 (mais nous somme le 13 et ça na toujours pas été fait... tant mieux pour nous) j'ai donc précipité un peu l'envoi du dossier et du prendre une demi journée de congé spécialement pour le contrôle, mais j'y reviendrais.

J'ai terminé par les tableau de distribution et le tableau de communication.
La première étape consiste à couper toutes les gaines à la même longueur et à dégainer les câbles au même niveau que les gaines, puis à trier les fils pour ne garder que les terres. La totalité des circuits arrivent par le haut du tableau, j'ai donc câblé du bas vers le haut, en commençant par les terres puisque la barrette est tout en bas du tableau. En plus d'une façon général, la terre c'est un fil pour lequel il n'y a aucune question à se poser pour son branchement, donc ça élimine d’emblée un paquet de fil et permet d'y voir plus clair pour le reste. Pour cette raison quand vous câblez un tableau, une boite de dérivation, etc... commencez toujours par la terre.
Si vous avez bien pensé votre installation, vous n'aurez ensuite qu'une paire de fil (phase/neutre) par circuit. Ceci dans le but d’éviter d'avoir des dérivations dans le tableau de distribution ou de mettre 2 fils par borne de disjoncteur car ça ne fait pas propre (pour rappel, il est interdit de mettre plus de 2 fils dans une borne...)
133137.jpg

Après une bonne journée de travail (perso je compte en général 8 heures de travail pour câbler entièrement un tableau) on obtient normalement un tableau propre et bien finit : les fils tous coupé à la bonne longueur, avec juste le mou qu'il faut, bien ordonné, sans trop de croisements ni de sacs de nœuds, bref un truc esthétique
Quelques colliers de câblage (collier rilsan ou colring) peuvent aider, mais ils ne feront pas de miracles.
170214.jpg

Pensez à soigner les détails, surtout en ce qui concerne la sécurité.
Si vous utilisez du fil souple, les embouts de câblage ne sont pas du luxe (pensez à acheter la bonne pince pour les sertir, ça peut vous être demandé lors du contrôle)
113454.jpg
Pour protéger la partie des peignes non utilisé, il existe des petits profilés prévu spécifiquement à cet usage. Beaucoup d’électriciens mettent simplement du ruban adessif. Mais avouez que ça fait plus propre et c'est pas les quelques euros qu'ils coutent qui vont faire une grosse différence sur la facture.
113444.jpg

Une fois le plastron remis en place et les étiquettes qui vont bien insérées dans leurs supports (certains fabricants proposent un logiciel pour les faire) on obtient ça et on est prêt pour le contrôle :
200938.jpg

En ce qui concerne le contrôle justement, voici résumé un peu la chronologie de la démarche :

  1. Il faut avant tout s'enregistrer sur le site du consuel pour ouvrir un compte et acheter un formulaire pour une attestation jaune (pour un logement). Nous on l'a fait en octobre 2015 et on a reçut le formulaire quelques jours plus tard. A l'heure actuelle je crois que c'est entièrement dématérialisé, donc une fois acheté vous aurez un formulaire virtuel sur votre espace consuel en ligne. Attention le formulaire n'est valide qu'un an, ne l'achetez pas trop en avance.
  2. Une fois en possession du formulaire, il faut le remplir en fonction des caractéristiques de votre installation et y joindre éventuellement des annexes (au minimum un plan de situation pour que le contrôleur trouve votre chantier. Personnellement j'y ajoute toujours les plans de l'installation tel que ceux montré au début de cet article). Sur ce formulaire on vous demande de préciser la valeur de la résistance de la prise de terre. Normativement elle doit faire moins de 100ohms, si vous n'êtes pas sur qu'elle soit conforme, que vous avez un doute, que vous n'avez jamais réalisé de prise de terre avant, il est préférable de louer un appareil de mesure spécifique pour la contrôler et de reporter sa valeur sur le formulaire. Si vous êtes sur de votre coup, ne vous embêtez pas à la mesurer, le contrôleur le ferra de toutes façons systématiquement et dans ce cas indiquez simplement "< 100 ohms" sur le formulaire. Attention une prise de terre non conforme est un motif de refus, ne jouez pas avec ça.
  3. Ensuite il faut envoyer ou soumettre ce dossier. Ils précisent sur le site que ce doit être fait environ 20 jours avant la date de mise en service souhaité. Nous avons envoyé le dossier papier le 21 mai, il à été reçut et pris en compte par le service du consuel le 23 mai (un sms et un email vous le confirment). Le jour même je me suis inscrit sur le site d'EDF pour souscrire un nouveau contrat d’électricité.
  4. La semaine suivante nous avons reçut un SMS pour nous signifier la date et l'heure du contrôle. Pour nous le 7 juin à 9h00. J'ai donc appelé EDF pour planifier la mise en service du compteur définitif en prenant en compte le temps pour recevoir l'attestation de conformité et un délais pour annuler le rendez-vous si jamais l'installation était déclarée non conforme (il faut annuler au moins 48h à l'avance sinon vous payez quand même l'intervention)
  5. Le 7juin à 9h00 le contrôleur s'est présenté chez nous. Il a mesuré la valeur de la résistance de la prise de terre, pour nous 6,6 ohms. Il a ensuite ouvert le tableau de distribution, jeté un œil à la qualité du câblage, vérifié le calibre des appareils, la présence de la coupure d'urgence, le repérage des appareils. Ensuite il a contrôlé la présence de la prise de terre sur quelques prises dans les dépendances, sur toutes les prises de la salle de bain, et sur toute les prises accessibles de la cuisine et de la chambre. Il a contrôlé la LEP (liaison équipotentielle principale) et le respect des volumes de protection dans la salle de bain. et c'est tout. Le contrôle était finit, l'installation est conforme.
  6. Le 9 juin nous avons reçut l'attestation de conformité (en dématérialisé le délais n'est que de 24h maximum mais il vous faudra la télécharger et l'imprimer depuis votre espace en ligne sur le site du consuel)
  7. La mise en service du compteur est prévue pour le 15 juin, un SMS vient de me le confirmer. Le délais de 20 jours semble donc réaliste et respecté.

Si ça vous intéresse voici mes petits trucs pour aborder le contrôle du consuel sereinement. Je ne prétend pas détenir la vérité absolue à ce sujet, donc a vous de les prendre pour ce qu'ils sont, mais j'ai a mon actif deux consuels réussit du premier coup (celui-ci et celui de notre ancien logement en Seine-et-Marne) et mes observations du premier se son confirmé sur le deuxième.

  • Utilisez du matériel de qualité. Je ne veux pas faire spécifiquement de pub pour une marque plus qu'une autre, en France on en a 3 très bonnes. L'appareillage à 2 balles made in RPC de chez bricopipo outre le fait qu'il va certainement vous faire perdre du temps de par sa mauvaise qualité et sa mauvaise conception, ne donnera pas une image très sérieuse de votre installation. Le contrôleur va surtout voir que pour vous la sécurité électrique ce n'est pas important pour vous et que vous n'y avez pas mis les moyens. Notez quand même qu'une de ces marques n'est vendue ni en grande surface bricolage, ni sur le net ou très difficilement mais exclusivement dans les réseaux de distribution "pro", c'est celle là que je préfère déjà par sa couleur et son origine, mais aussi parce que justement ça fait plus pro de l’utiliser.
  • Pour le tableau de distribution, utilisez du matériel de marque et de gamme homogène, ne commencez pas avec une marque pour terminer avec une autre, simplement parce c'était moins cher ou je ne sais quel autre raison.
  • Ne négligez pas les petits accessoires qui vont bien (voir plus haut dans cet article) L'installation électrique d'une maison coute excessivement cher, ce n'est pas 50 ou 100 euros d'accessoires qui vont peser lourds dans le budget, et pourtant ça peut tout changer au niveau de l'aspect de votre installation.
  • Concentrez vous à fond sur le tableau de distribution, en plus d'être conforme, il doit être esthétique, propre, nickel, irréprochable. C'est la première chose que va ouvrir le contrôleur du consuel (et il l'ouvre systématiquement) et c'est donc la première image qu'il aura de votre installation. S'il tombe sur un truc dégueulasse avec plein de fils dans tous les sens, des appareils de travers, de récupération, de marques mélangés, bas de gamme, il va très vite se faire une idée du reste de l'installation et ça va lui donner envie de fouiller. Au contraire, si le tableau est propre, vous avez toutes les chances qu'il n'ouvre rien d'autre (comme ça à été le cas lors de mes deux contrôles) Bien sûr ça ne doit pas vous dispenser de faire propre la totalité de l'installation, mais ça peut vous soulager d'un contrôle approfondi.
  • Ne faites pas les radins sur les interrupteurs différentiel, oui un 63A c'est plus cher qu'un 40A, mais un 40A c'est vite surchargé, ça oblige à se prendre la tête des heures à savoir où on va brancher quoi et parfois même à faire une distribution non conforme. Les contrôleurs adorent vérifier ce détails, alors pour quelques dizaines d'euros de plus, mettez des 63A partout, vous serez tranquille.
  • Après le tableau de distribution, concentrez vous sur la salle de bain. Là aussi, tout est contrôlé systématiquement, ne bâclez pas cette partie de l'installation (en plus votre sécurité en dépend)
  • Conservez précieusement la notice de tous les appareils que vous installez (spots, luminaires, radiateurs, etc...) et gardez les à porté de la main le jour du contrôle, ça peut vous être demandé en cas de doute (IP sur les appareils dans la salle de bain par exemple)
  • Soyez sympa avec le contrôleur, pas la peine de sortir le café et les petits gâteaux, mais ne soyez pas sur la défensive ou agressif vis à vis de lui. Il n'est pas là pour vous embêter il fait son boulot c'est tout. Pensez qu'il engage sa signature sur votre installation, et que si jamais il y a un accident sur une installation qu'il a déclarée conforme, il peut être considéré comme responsable, donc mettez vous un peu à sa place.
  • Sachez qu'à la date où j'écris ces lignes, le temps alloué pour un contrôle n'est que de 40 minutes, c'est un contrôle par sondage. Le contrôleur ne peut donc pas regarder 100% de votre installation. Suivant ses premières impressions, ça peut dont l'inciter à prendre très vite une décision. Sachant cela, n'essayez pas de "jouer la montre" pour qu'il n'ai pas le temps de contrôler un truc qu'il ne devrait pas voir. De toutes façons il prendra quand même le temps de faire les contrôles indispensables, ça va juste le mettre en retard et de mauvaise humeur. Personnellement je fais plutôt en sorte que tout soit fait rapidement et qu'il n'ai pas à attendre. A son arrivé tout est fermé mais les outils pour ouvrir le tableau, les goulottes, etc... sont prêt et pendant qu'il ouvre et contrôle le tableau j'ouvre le reste. Le contrôleur à un nombre de visite à assurer dans la journée, s'il voit qu'il ne va pas perdre de temps chez vous, ça peut jouer en votre faveur.
  • Le tableau de communication n'a jamais été contrôlé chez moi, il doit être présent mais j'ai l'impression que ça ne les intéresse pas trop. Faites le pour vous parce que ça peut être pratique et confortable, mais inutile de vous miner parce que vous n'avez pas respecté les normes de câblage Ethernet ou je ne sais quel autre détails. Faites en sorte d'avoir un tableau de communication, respectez bien les règles pour sa mise à la terre, respectez la séparation courants forts / courants faible, et oubliez le...
  • Gardez de quoi écrire à porté de la main. Selon certains témoignages, pour une non conformité mineur le contrôleur peut vous demander de rédiger une attestation sur l'honneur que vous mettrez l'installation en conformité. ça serait bête de devoir payer une contre visite parce que vous n'aviez rien prévu pour écrire.

Et voilà, j'ai enfin résorbé mon retard dans les articles. Si ce n'est pas déjà fait, je vous invite à remonter un peu dans l'historique pour consulter les dernières publications.
J'espère que cet article pourra être utile à d'autres; j'ai essayé d'être le plus précis possible, si malgré tout vous avez des questions alezan chez wanadoo en france, je ne garanti pas une réponse mais je ferrais mon possible.

Chantier en cours et donc prochain article (dans pas trop longtemps j'espère) l'installation d'un chauffe-eau solaire.